Ca y est, vous avez eu le coup de foudre pour un logement et vous êtes prêt à signer la vente ? Attention : vous allez devoir mettre de côté pour un temps l’excitation du projet et vous pencher sur des questions terre à terre… Telles que comment payer ?

Calculez votre apport personnel

La question est simple : combien pouvez-vous mettre de votre poche là, tout de suite, pour acheter votre logement ? La somme peut provenir d’un héritage ou d’une épargne justement prévue depuis plusieurs années pour une acquisition immobilière. Plus votre apport est élevé, plus vous aurez de chances de décrocher de bonnes conditions pour votre emprunt. Il est aussi possible d’acheter sans apport personnel, mais vous aurez plus de mal à obtenir un prêt de la part d’une banque, à moins d’être un jeune primo-accédant ou de disposer d’une épargne importante que vous ne souhaitez simplement pas utiliser pour ce projet.

Faites l’inventaire des aides

En fonction du type de logement et de votre profil (si vous êtes primo-accédant par exemple), vous avez certainement droit à des aides financières. L’une des plus connues et le PTZ (Prêt à Taux Zéro), mais ce n’est pas la seule. Le problème des aides à l’acquisition d’un logement, c’est que leurs conditions d’accès changent régulièrement, avec l’arrivée d’un nouveau gouvernement ou la classification de certaines zones comme zones prioritaires par exemple. Il existe aussi des aides spécifiques à certaines villes ou régions. Mais même si les recherches peuvent être chronophages, prenez la peine de creuser, vous ne le regretterez pas.

Evaluez votre emprunt

Une fois ces deux premières étapes accomplies et connaissant le prix du logement, vous savez combien vous aurez besoin d’emprunter pour parvenir à la somme totale. Mais la banque sera-t-elle prête à vous prêter cet argent ? De nombreux facteurs entrent en ligne de compte. Heureusement, il existe des simulateurs de crédit sur Internet qui vous permettent de savoir quel montant vous pouvez espérer en fonction de vos revenus, de votre projet, de votre situation, etc. N’hésitez pas à comparer les offres de plusieurs banques : si certaines proposent des taux plus intéressants, d’autres affichent parfois des conditions plus souples.

Pensez aux frais annexes

Enfin, sachez que le coût d’un achat immobilier ne se résume pas au prix du logement en lui-même : il existe des dépenses annexes, comme les droits de mutation, les frais d’agence et les assurances liées au crédit. Sans compter la part de la taxe foncière, dont le montant total varie en fonction de la commune, que vous aurez à verser au vendeur selon le moment de l’année auquel vous devenez propriétaire. Au total, ces « frais cachés » risquent de représenter une somme conséquente… Alors n’oubliez pas de les inclure à vos calculs pour éviter les mauvaises surprises !
 
>  Voir toutes mes News